Pour ou contre la fin de la monnaie euro et un retour à une monnaie nationale



index du site horizonfr

Les francs
1 franc
2 francs
5 francs
10 francs
20 francs
50 francs
100 francs

Commémoratives
Les francs commémoratives

Les Euros
Les pièces euros
Starter kit
Commémoratives
Frappe des euros
Euros par pays
Billets en euro

Pièces en or
5 francs or
10 francs or
20 francs or
40 francs or
50 francs or
100 francs or

Monaco
Les monnaies

Sarre
Les monnaies

Divers
Les monnaies sous Louis XVI


Les monnaies sous Louis XV

Les monnaies romaines

La drachme monnaie grecque

les monnaies antiques grecques

Les monnaies gauloises

Monnaies des anciennes colonies

Les pièces des bagnards

Les monnaies de nécessité et les jetons-monnaie

 

bannière horizonfr.com le site des monnaies cotation et valeur

Pour ou contre:
Un retour à une monnaie nationale.

La fin de l'euro en France et le retour au franc comme monnaie nationale.

 

fin de l-euro retour au franc



 

Voici des arguments pour et contre cette éventualité

Les français s'expriment

Un peu plus de sept français sur dix (72%) souhaitent conserver l'euro, selon un sondage CSA pour Capital et M6

Dans un autre sondage.
75% des Français sont contre un abandon de l'euro, selon un sondage exclusif de l'institut BVA pour 20 Minutes.

Parmi les Européens, les Français sont parmi les plus enthousiastes. Au contraire de l'Allemagne, où 45% des sondés se déclarent favorables à un abandon de l'euro. Comme en Italie, où 42% se disent prêts à un retour à la monnaie nationale. En Espagne, ce chiffre tombe à 39%, ce qui reste tout de même bien supérieur au 18% de Français prêts à quitter la monnaie européenne. Enfin, rien d'étonnant dans un pays qui n'appartient pas à la zone euro, en Grande-Bretagne, les sondés se montrent à 71 % opposés à l'euro. A 63%, ils pronostiquent même un abandon de l'euro dans les prochaines années.






Si la France revenait au franc....!!!

La France, donc, revient au franc, comme l'Italie retrouve la lire, l'Espagne la peseta, le Portugal l'escudo, etc., tandis que l'euro-mark devient la monnaie des bons élèves d'Europe du Nord. Première conséquence, immédiate : le taux de change du "nouveau nouveau" franc s'écroule. Il perd un tiers de sa valeur face à l'euro-mark (la peseta s'était dépréciée de 32 % et la lire de 40 % face au Deutsche Mark lors de leur sortie du SME, en 1992), un peu moins face au dollar, au yen et au yuan chinois.
Résultat : envolée des prix des biens importés. À commencer par ceux de l'essence, mais aussi de toutes les marchandises non produites en France, c'est-à-dire à peu près toutes. Du jour au lendemain, tout vaut beaucoup plus cher.

Le retour au franc, c'est d'abord une inflation à deux chiffres, autrement plus douloureuse que l'inflation ressentie lors du passage à l'euro.

Avons nous intérêt à prendre cette direction !!??

La sortie volontaire de l’euro et le retour au franc provoqueraient la suppression d’environ «un million d’emplois» à moyen terme, et détruiraient jusqu’à près d’un cinquième de la richesse nationale sur dix ans, selon une projection de l’Institut Montaigne révélée par le journal Les Echos

Outre les difficultés juridiques, un abandon de l'euro poserait d'énormes problèmes techniques, pour détruire tous les euros, et refrapper des monnaies nationales.

Mais légalement qu'est-il possible de faire ?

Peut-on abandonner l'euro comme ça du jour au lendemain ?
Si on se réfère au traité sur l 'Union Economique et Monétaire, la réponse est clairement non.
Le traité ne comprend pas de clause de sortie pour un pays appartenant à la zone euro.




Les textes européens interdisent l'exclusion d'un pays de la zone euro contre sa volonté, mais aucun outil juridique n'a été forgé pour encadrer une sortie de l'euro demandée par un Etat membre.

Seule la constitution Européenne prévoit une sortie possible de l' Union Monétaire et un abandon de l'euro pour les états qui le souhaitent.
Il faudrait que l'Etat concerné demande au Conseil européen de sortir, non de la zone euro, mais de l'UE. En fait c'est faire des choses non prévues dans les traités, et surmonter les problèmes au fur et à mesure !!





Et les autres états de la zone euro ....

Aucun État de la zone euro n'a intérêt à sortir de la monnaie unique, parce que aujourd'hui non seulement nous aurions une crise de défiance à l'égard des pays européens, mis à part l'Allemagne qui est solide. Mais aussi parce que nous aurions une crise de change gravissime entre les pays européens, qui aboutirait à affaiblir le marché unique. Beaucoup de pays auraient la tentation de rétablir des barrières protectionnistes face aux dévaluations compétitives de leurs partenaires européens.

L'euro cher trop cher!

Alors que la faiblesse du cours de l’euro a aidé les économies européennes à la fin des années 90, s’est ajouté depuis dix ans le problème chronique de sa surévaluation, qui pénalise la croissance économique des pays membres. En effet, hormis à sa naissance et pendant quelques temps (où il est descendu jusqu’à 0,82 dollar), l’euro est une monnaie dont le cours est trop élevé.

Tout le monde y pense....

Certaines banques n’auraient d’ailleurs jamais effacé la drachme (ancienne monnaie nationale grecque) de leurs systèmes après l’adoption par la Grèce de la monnaie unique européenne, il y a plus d’une décennie. La crise économique ayant durement frappé la Grèce, les banquent seraient prêtes à inverser la vapeur dans l’eventualité d’un retour d’une monnaie nationale, forcé par un endettement trop important.

Un vent de défiance souffle à l'égard de notre monnaie unique, porté par des partis politiques anti-européens et souverainistes, vore séparatistes. Mais il ne faut pas généraliser, car en l'état actuel des choses, l'euro devrait rester la monnaie unique des pays européens qui l'ont choisis.....

Bon comme vous le voyez ce n'est pas simple ...;-)

La numismatique fait de plus en plus d'émules. La progression du nombre de collectionneurs a fortement progressé avec le début de notre nouvelle ère monétaire avec la nouvelle monnaie. L'euro a apporté un nouveau dynamisme vers les collections de monnaies.

Les collectionneurs numismates peuvent toujours rêver à de nouvelles perspectives, qui donneraient à nouveau, après les débuts de l'euro une nouvelle source de collection....les nouvelles pièces nationales après l'euro !!!

Certes, nous sommes ici très loin des préoccupations économiques et politiques !

La fin de l'euro et le retour au franc comme monnaie nationale

Les monnaies anciennes
Les deniers
Les sols
Les écus

Les monnaies du monde
Monnaies par pays

Les dossiers numismates Tous les dossiers

Monnaies ESSAI

Monnaies obsidionales


Monnaies satiriques de Napoléon III


Ateliers de gravure


Les graveurs et leurs différents


Vocabulaire numismate


Les timbres monnaies


Pied-fort ou piefort


Les Louis d'or


Nettoyer les pièces de monnaie


Les pièces fautées


Divers

Les liens
Le livre d'or
les coffrets

 

contacter le webmaster