Pour ou contre une pièce de 5 euros ?



index du site horizonfr

Les francs
1 franc
2 francs
5 francs
10 francs
20 francs
50 francs
100 francs

Commémoratives
Les francs commémoratives

Les Euros
Les pièces euros
Starter kit
Commémoratives
Frappe des euros
Euros par pays
Billets en euro

Pièces en or
5 francs or
10 francs or
20 francs or
40 francs or
50 francs or
100 francs or

Monaco
Les monnaies

Sarre
Les monnaies

Divers
Les monnaies sous Louis XVI


Les monnaies sous Louis XV

Les monnaies romaines

La drachme monnaie grecque

les monnaies antiques grecques

Les monnaies gauloises

Monnaies des anciennes colonies

Les pièces des bagnards

Les monnaies de nécessité et les jetons-monnaie

Les pièces euros par pays

ALLEMAGNE

ANDORRE

AUTRICHE

BELGIQUE

CHYPRE

ESPAGNE

ESTONIE

FINLANDE

FRANCE

GRECE

IRLANDE

ITALIE

LETTONIE

LITUANIE

LUXEMBOURG

MALTE


MONACO

PAYS-BAS

PORTUGAL

SAINT-MARIN

SLOVAQUIE

SLOVENIE

VATICAN


 

 

 

bannière horizonfr.com le site des monnaies cotation et valeur

Faut-il dans notre porte-monnaie une pièce de 5 euros, voire de 10 euros, à la place ou en plus des billets de 5 euros et 10 euros ?

Dépensez-vous plus facilement vos pièces que vos billets ? Préférez-vous avoir des billets ou des pièces dans votre porte-monnaie ? Etes-vous favorable à la création d'une pièce de cinq euros et pourquoi pas une pièce de dix euros.

 

 

POUR OU CONTRE
Une nouvelle pièce de 5 euros ? et pourquoi pas une nouvelle pièce de 10 euros ?




Le principal argument en faveur de la création d'une pièce de 5 euros repose sur le fait qu'une pièce a une durée de vie bien supérieure à celle d'un billet et que de ce fait cela représente des économies considérables dans le processus d'émission de la monnaie. Le contre argument à la création d'une pièce de 5 euros, c'est le risque de l'inflation.....!!??

 

La pièce de 5 euros sera sans doute plus pratique que le billet de 5 euros qui ne ressemble à rien du tout parce qu'il est toujours froissé ou déchiré. Après tout ça sera juste une pièce de plus dans nos portes-monnaies

La Monnaie de Paris, qui a le monopole de la frappe des pièces en euros en France, y réfléchit sérieusement, ainsi que six autres directeurs de monnaie en Europe.

L'avantage? La réalisation d'économies substantielles, soit 10 Mds€ sur quarante ans pour les pays de la zone. La fabrication d'une pièce de 5 € coûterait en effet 0,25 €, cinq fois plus que le billet de 5 €. Toutefois, le billet (celui de 5 € représente moins de 3% des billets en circulation en France) s'use très vite : il a une durée de vie de seulement un an. Alors que la pièce, elle, a une espérance de vie de quarante ans. Cette option ne fait toutefois pas l'unanimité.

Pour beaucoup, passer du billet à la pièce serait un facteur d'inflation. Selon des experts, les pièces gardent dans l'inconscient collectif une valeur moindre que les billets, et les commerçants pourraient ainsi plus facilement augmenter leurs prix. La Banque centrale européenne — qui a en charge de la fabrication des billets — comme la Commission de Bruxelles ne sont pas non plus favorables à ce changement. Sans parler des conséquences sociales pour les usines, notamment celles de Chamalières dans le Puy-de-Dôme, où sont fabriqués les billets. -Une idée idiote- Ce n'est pas la première fois qu'un débat s'élève autour de l'aspect matériel des euros.



"....Ca ne servira pas à grand chose de créer cette pièce de 5 euros. C'est plus lourd, quand on voudra nous rendre 15 euros, on nous donnera 3 pièces?? Qui viendront gonfler le porte-monnaie déjà rempli de pièces de 1 cent qu'on ne pense jamais à dépenser ."

L'an dernier, le député Louis Giscard d'Estaing (UMP et élu de Chamalières) avait mis en place un comité interparlementaire pour l'émission d'un billet de 1 € à la place de la pièce actuelle. Il avait estimé que -matérialiser la valeur de 1 € par un billet renforcerait la place internationale de l'euro, à l'image de la coupure dollar.-



-Une idée idiote-, lui avait alors rétorqué Christophe Beaux, le PDG de la Monnaie de Paris. En 2008, Christophe Girard, l'adjoint au maire de Paris, avait lui aussi défendu la même idée. Pour l'élu parisien, une telle coupure aurait donné aux consommateurs le sentiment de posséder de l'argent et donc… du pouvoir d'achat. Les billets ont également à ses yeux l'avantage de ne pas être encombrants et d'être échangeables dans les bureaux de change. Enfin, le billet serait un lieu de mémoire, à l'instar des Mozart, des Delacroix ou des Pascal au temps des francs.



A plusieurs reprises, en 2002, en 2004 en 2006, des voix s'étaient élevées pour contester l'utilité des pièces de 1 et 2 centimes. Peu pratiques, très coûteuses à produire (1 centime coûteraît 1,86 centime), elles seraient, pour ses détracteurs (notamment des Etats comme la Belgique, la Finlande ou les Pays-Bas), génératrices de hausse de prix dans la mesure où les commerçants n'hésitaient pas à arrondir à la valeur supérieure.

Un argument battu en brèche par des associations de consommateurs et des pays comme la France pour qui, au contraire, la disparition des petites pièces favoriserait une hausse des prix

* AFP le 04/04/2011 à 16:07
Une pièce de cinq euros? « Il n’en est pas question une minute » (Noyer) :
Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer (BdF) a affirmé lundi qu’il n’était en aucun cas question de frapper des pièces de 5 euros, contrairement à ce que rapportaient récemment des informations de presse.
« Il n’en est pas question une minute! », a répondu le gouverneur à un journaliste qui l’interrogeait sur l’éventuelle apparition d’une pièce de 5 euros, arguant qu’il s’agirait à ses yeux « d’un calcul financier faux et biaisé » ne prenant pas en compte le coût de circulation des pièces.
Ce coût, en termes de fabrication, de transport et de stockage, est particulièrement et davantage élevé en ce qui concerne les pièces, en raison de leur poids, que celui des billets, a-t-il expliqué.
En outre, « le public est très attaché à cette répartition (de la gamme de billets et de pièces, NDLR) et notamment aux billets, et aux billets de cinq euros », a-t-il ajouté, d’autant que les pièces sont souvent jugées « malcommodes, trouant les poches ».
Par conséquent, « cette affaire de pièce de cinq euros, vous pouvez l’oublier », a-t-il encore assuré.
Toute modification de la répartition – décidée à l’origine et conjointement par les ministres des Finances et des gouverneurs des Banques centrales – nécessiterait aujourd’hui un accord préalable du conseil des gouverneurs, avait auparavant tenu à préciser M. Noyer.

 

POUR OU CONTRE une nouvelle pièce de 5 euros

Les monnaies anciennes
Les deniers
Les sols
Les écus

Les monnaies du monde
Monnaies par pays

Les dossiers numismates Tous les dossiers

Monnaies ESSAI

Monnaies obsidionales


Monnaies satiriques de Napoléon III


Ateliers de gravure


Les graveurs et leurs différents


Vocabulaire numismate


Les timbres monnaies


Pied-fort ou piefort


Les Louis d'or

Nettoyer les pièces de monnaie


Les pièces fautées


Divers

Les liens
Le livre d'or
les coffrets

Les pièces 2 euros commémoratives par année

2004
-

2005 -

2006 -

2007 -

2008 -

2009 -

2010 -

2011 -

2012 -

2013 -

2014 -

2015 -

2016 -

2017 -

2018 -

2019 -

cotations -

 

contacter le webmaster